Le Tantra tel que je le conçois

Le Tantra est un mot emprunt de mystères, de tabous, parfois même de suspicions.
Pour certains, il a une connotation avant tout sexuelle, avec, pour les non-initiés, un florilège de visions malsaines, voire dépravées.
Pour ceux qui le pratiquent, le Tantra est une philosophie de vie empruntant une Voie Sacrée.
Pour d’autres encore, il s’agit d’un univers inconnu, qui suscite de l’intérêt, voire de la curiosité, mais avec l’appréhension de ne pas savoir « où l’on met les pieds ! », ce qui est tout à fait compréhensible, légitime, voire même prudent.


Contrairement à des idées reçues, le Tantra n’est pas synonyme uniquement de sexualité, point final. Je tiens vraiment à insister sur le fait, que pour moi, il ne peut y avoir de Tantra sans la dimension de Cœur. Le Tantra se vit dans la totalité de l’Etre : corps, cœur, esprit, et s’il amène la spiritualité dans la sexualité, c’est parce que celle-ci se vit alors en conscience et dans une dimension Sacrée.

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? Le lieu de pratique est énergétiquement nettoyé (sauge, encens, bols chantants ou tibétains…), puis préparé en tant qu’espace sacré (autel, bougies, fleurs, cristaux…).
De plus, avant les pratiques, les partenaires se saluent respectivement en formulant à voix haute qu’ils reconnaissent en l’Autre sa Nature Divine et l’honore. Ses rituels ont pour intention d’élever vibratoirement les conditions de la « rencontre ».


La Conscience qui est posée dans l’intention, le regard, le toucher, les mots, est essentielle. La présence à Soi et à l’Autre répond à un parfait équilibre entre le fait de donner, sans s’oublier, d’être à l’écoute de l’Autre, tout en restant connecté à ses propres ressentis, de s’autoriser à recevoir sans culpabilité et de mettre le mental « en vacances » pour vivre l’instant présent dans sa totalité.

Le respect de Soi et de l’Autre est l’occasion d’exprimer autant ses besoins que ses limites, de permettre à chacun d’aller à son propre rythme, sans se juger, ni juger l’autre, de se laisser la possibilité de choisir ce qui est bon pour soi et d’ajuster à tout moment ce qui ne l’est plus, d’entrer ou pas dans la proposition, et de s’autoriser à faire un pas de plus vers l’expérience pour explorer, se découvrir et mieux se connaître.


Faire l’amour tout en conscience relève d’un art subtil. Le rapport sexuel se réduit trop souvent à un réflexe instinctif qui nous fait perdre toute notion de nous-mêmes, au moment où nous sommes submergés par le plaisir, oubliant tout – y compris le ou la partenaire par qui nous atteignons cet état tant désiré -.

Lorsque la conscience accompagne l’expansion du plaisir, tout en restant témoin des émotions et des réponses de son ou sa partenaire, dans une attitude sincère, généreuse, aimante, ce moment-là est béni.

Margot Anand – « A la rencontre de l’orgasme divin – Amour Sexe Eveil »


Le cadre posé doit être clair et précis, afin de se sentir en sécurité et en confiance, sachant que la notion de responsabilité relève de tout à chacun.
A mon sens, la douceur amène une progressivité rassurante, permettant d’apaiser des blessures, d’accueillir les émotions, de se sentir soutenu(e) et accompagné(e).
Ma formation de sophrologue (avec certification professionnelle à l’issue d’un cursus de 3 ans) m’aide énormément dans l’accompagnement et la gestion des émotions.
Dans mes stages
, j’entends souvent les participants s’étonner de ressentir autant de bienveillance au sein du groupe, et au-delà de ça, autant d’amour, de cet amour qui guérit et libère, parce qu’il est sans enjeux, ni engagements.



Le Tantra ne s’apprend pas dans les livres, il se vit à travers le corps, les sensations, les émotions. Il nous permet de contacter notre Nature profonde, et chaque « structure » (exercice) tantrique – qu’on la connaisse déjà ou pas – amène des prises de conscience, des transformations, des libérations et des guérisons, ce sont des outils à s’approprier et à ramener dans sa vie intime.
Le Tantra vient « jouer » avec nos polarités féminines et masculines, afin de les équilibrer et de les unifier, faisant de nous un être dans toute sa complétude.


Je le dis très clairement : le sexe est divin. L’énergie originelle, l’énergie sexuelle, est une manifestation du divin. C’est évident : c’est l’énergie qui crée la vie. C’est la plus grande, la plus mystérieuse de toutes les forces. »

Osho


Cette voie de transformation, d’épanouissement et d’éveil, est un véritable chemin initiatique qui renforce la confiance et l’estime de soi. J’aime à dire que les bénéfices sont à la hauteur de notre implication et de notre investissement. Dans ce domaine non plus, il n’y a pas de formule magique ! Nous sommes tous en chemin et avançons pas à pas, sur le long terme, en nous offrant des temps d’intégration nécessaires, que ce soit au niveau du corps et de l’esprit. Mais comme dans toutes les disciplines, il est bon de pratiquer régulièrement et de persévérer, pour constater une évolution, des changements s’opérer.
Personnellement, depuis que j’ai découvert le Tantra – en avril 2010 -, je ne cesse d’explorer cette Voie d’Eveil, d’autant plus puissante qu’elle passe par le corps et non par l’intellect.


Le Tantra, c’est l’intrication de l’énergie et de la conscience qui nous conduit vers notre vraie nature, celle qui est infinie et éternelle, celle qui est lumière.

Le Tantra, c’est avant tout, vous laisser guider par l’existence, afin qu’elle puisse vous enseigner à être conscient et présent à ce qui apporte une saveur de spiritualité dans votre vie amoureuse. De cette façon, votre sexualité devient quelque chose de sacré ; un sacrement qui peut contribuer à faire mûrir, en vous, votre propre éveil… C’est la grande aventure sur le Chemin de l’Extase.

Margot Anand – « A la rencontre de l’orgasme divin – Amour Sexe Eveil »


Une chose est sûre, lorsque nous avons entamé ce chemin vers le Sacré, qui vient éveiller notre Energie de Cœur et notre Energie de Vie (sexuelle), nous ne sommes plus les mêmes, notre rayonnement est différent et nous n’attirons plus les mêmes personnes dans notre vie…


Il y a autant de formes de Tantra que de personnes qui le transmettent


Dans sa forme originelle, le terme Tantra était employé pour désigner « un enseignement pour l’expansion de conscience ». Il provient de l’Inde et date de plusieurs milliers d’années. Dans les années 70, les enseignements du Tantra arrivent en Occident grâce à la traduction de « sutras » indiens, textes en sanskrit. Issu de la culture orientale, le Tantra n’est intrinsèquement pas toujours très accessible, à nous, occidentaux. 
Des maîtres comme Osho ont permis d’ouvrir cette voie de transformation et d’éveil, à travers des discours s’adressant à un plus large public. Des enseignants, comme Margot Anand, ont permis « d’occidentaliser » le Tantra, désigné ainsi sur le nom de Néotantra. C’est de celui-ci dont il s’agit dans cet article.
L’essence même du Tantra, porteuse de cette sagesse ancestrale, est conservée, à laquelle s’ajoutent des « outils » d’accompagnement ou de thérapie dont l’objectif est l’épanouissement et l’éveil de soi, sur tous les plans de l’Etre : physique, psychique, émotionnel et spirituel.

Ainsi, les stages de Tantra proposés sont fonction de la personne qui l’anime, de son parcours initiatique et intégratif personnel, de sa ou ses formations, de sa personnalité, de l’énergie qu’elle dégage, de l’intention, de la « saveur » et de la « couleur » qui sont posées dans ce qu’elle transmet.
Avant de s’inscrire à un stage, il est important d’échanger avec cette personne, de se renseigner sur elle, de s’informer sur sa façon de travailler, de consulter les avis de celles et ceux ayant déjà pratiqué avec elle (témoignages), et vous assurer que vous pourrez vous sentir en confiance et en sécurité avec elle. Ecoutez votre ressenti et votre Coeur.


La sexualité conventionnelle, orientée vers l’orgasme, peut certes apporter une satisfaction momentanée… mais à la longue, elle peut devenir mécanique et ennuyeuse…

La sexualité en conscience augmente la sensibilité et la vitalité sexuelle…

En privilégiant l’écoute des énergies subtiles plutôt que l’excitation, on peut atteindre et partager un espace méditatif qui conduit à des niveaux de conscience plus élevés.

Diana Richardson – « Slow Sex – Faire l’amour en conscience »


Cet article se veut être un éclairage pour celles et ceux qui se sentent appelés par le Tantra mais qui se posent beaucoup de questions à ce sujet. C’est pourquoi, à travers mon activité Divine Essence, je viens à votre rencontre lors de salons et de conférences, pour me présenter et vous exposer ma façon de vous accompagner, offrant, dans le même temps, la possibilité d’échanger et de répondre à vos interrogations.
Nous entendons de plus en plus parler du Tantra. A mon sens, il ne s’agit pas d’un effet de mode, mais davantage d’un éveil de conscience qui nous invite à vivre notre sexualité, notre humanité, en lien avec notre Essence Divine.


Avec Amour,
Isabelle – Isaïa
Divine Essence
www.divineessence.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *